Quels sont les effets du coronavirus sur le secteur de l’immobilier ?

Comme le coronavirus affecte l’économie en général, il possède également des effets sur le secteur de l’immobilier. Effectivement, l’état d’urgence sanitaire actuellement en place ne permet pas à ce marché de bien se porter. Quels sont les effets du coronavirus sur le secteur de l’immobilier ? La réponse tout de suite.

Arrêts provisoires des activités

Comme de nombreux secteurs de l’économie mondiale, celui de l’immobilier est également à l’arrêt. Pour des raisons liées à l’urgence sanitaire provoquée par le coronavirus, les transactions immobilières ainsi que toutes les activités qui y sont relatives connaissent actuellement des perturbations. Celles-ci font donc que le marché de l’immobilier est en train de s’effondrer.

Des mesures de confinement ont été mises en place par le gouvernement. Il s’agit d’une initiative visant à ralentir la propagation du virus. Cependant, des activités primordiales dans le secteur de l’immobilier ne peuvent donc être réalisées. Par exemple, il est actuellement impossible de faire des visites de bien. Il s’agit pourtant d’un aspect très important tant pour le vendeur que pour l’acheteur pour conclure une vente.

D’autre part, les bureaux sont également fermés ou effectuent des services minimums. Cela impacte le marché, car le traitement des dossiers immobiliers n’est pas encore possible. De ce fait, il n’est pas possible d’entreprendre les démarches nécessaires pour réaliser de nouvelles constructions. Il s’agit d’un paramètre qui pénalise particulièrement le domaine de l’immobilier neuf.

Néanmoins, les actes notariés peuvent se faire à distance. Par exemple, si vous souhaitez faire un achat immobilier à Toulouse alors que vous êtes à Lille, il est tout à fait possible d’envisager la signature d’un acte notarié. Il s’agit d’un point rendu possible par le biais d’un décret. Pour ce faire, les réunions avec le notaire peuvent se faire par visioconférence. Les intéressés peuvent également donner une procuration au notaire afin de lui permettre d’agir légalement.

Baisse du nombre de transactions

La crise du coronavirus possède des effets néfastes sur le pouvoir d’achat. L’arrêt de nombreuses activités professionnelles fait que de nombreuses personnes ne peuvent accéder à des revenus stables. Même si le gouvernement prévoit de nombreuses aides pour soutenir les entreprises, nombre d’entre elles doivent mettre la clef sous la porte, laissant ainsi une majorité de personnes sans revenus. De ce fait, se lancer dans un projet immobilier n’est donc pas possible pour ces derniers.

D’un autre côté, le marché de l’immobilier est également perturbé par la panique entrainée par la crise. En effet, beaucoup de rétractation se fait en raison de l’incertitude qui règne actuellement. Bien sûr, cela a des impacts directs sur le nombre de transactions qui est un indicateur de la santé du marché immobilier pour l’année.

En outre, certains investisseurs préfèrent attendre avant de se lancer dans un achat. En effet, beaucoup s’attendent à ce que les prix baissent. Il s’agit donc d’une opportunité pour les plus courageux d’obtenir des biens à prix cassé pour pouvoir les revendre à bon prix plus tard.

Impacts sur les prix

Avec la crise du coronavirus, il y a moins d’acheteurs. Il y a donc plus d’offres que de demandes. Afin de maintenir le marché, des révisions de prix seront donc nécessaires. Les vendeurs devront donc proposer des tarifs assez bas pour inciter les investisseurs à acheter. On peut donc dire que cette crise affecte directement les profits réalisés par ceux qui vendent.

Cependant, les effets du coronavirus se feront également ressentir une fois qu’elle sera passée. En effet, une bulle immobilière est également à craindre plus tard. Il s’agit d’une hausse conséquente des prix des biens avec un écart important comparé au pouvoir d’achat. Il s’agit donc d’un événement pouvant rendre ce marché inaccessible pour de nombreuses personnes.

Néanmoins, l’histoire démontre que l’immobilier s’est toujours relevé après les différentes crises passées. Bien que la qualité de la reprise dépende de nombreux paramètres comme les plans de relance économique, on peut s’attendre à ce que les activités reprennent petit à petit leurs cours et retrouvent leur stabilité.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *